IMG_3490

« Hey, tu viens de te faire larguer ? Allez, on sort, sors, sors mec !! »

Quelle est l’information sous-jacente à retenir de ce bon conseil ?

Si vous êtes dans la situation de celui qui le reçoit, n’y réfléchissez pas et appliquez-le à la lettre.

Pour les autres, poursuivez.

Et bien, vous êtes assez lucides pour savoir que si votre meilleur pote veut vous faire sortir, c’est pour ne pas vous laisser d’occasions de vous retrouver seul, et de ressasser combien cette s*** vous a brisé le cœur, ou à quel point ce c*** s’est foutu de votre gueule. Ou encore, vous éviter d’y repenser, tout simplement.

Ceci est un exemple qui illustre parfaitement mon propos aujourd’hui.

Parfois, il vous arrive de penser sans raison apparente à des exs, à être intéressé par des gens qui n’ont pas du tout retenu votre attention à première vue, ni à la deuxième, à revenir sur des bonnes conclusions que vous aviez tirées sur un type de relation qui ne vous convenait pas etc.

A faire des choses qui vont à l’encontre de ce que vous aviez décidé (en étant consentant et sans que personne ne vous y oblige, entendons-nous bien).

Et parfois, vous avez raison.

Mais parfois, non. Vous aviez déjà fait votre petit débrief et tiré les bonnes conclusions, celles qui correspondent à ce que vous voulez ou ne voulez pas.

Et soudainement, sans raison apparente, vous retournez votre veste.

Vous vous mentez à vous-mêmes, en vous disant qu’il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis.

Et quand on vous pose la question « Mais t’avais dit que… ? », ça vous énerve, car vous n’avez rien à répondre.

Et pourquoi vous n’avez rien à répondre, hein ?

« Parce que je suis faible ! » « Parce que je suis trop conne ! » « Parce que j’ai aucune volonté ! »

Oh. C’est bon là, remballez vos mouchoirs tout de suite. Et réfléchissez deux secondes (oui je sais, ça fait beaucoup de réflexions au final, mais là, c’est pour la bonne cause).

Réfléchissez au sentiment que vous aviez quand ça vous est arrivé. A ce qu’il se passait dans votre vie à ce moment-là.

Soit il vous arrivait, et je n’espère pas, des événements loin d’être sympas, et je vais rester optimiste en disant que ça fait partie des rares cas.

Soit, souvent, il ne se passait…. rien !!! Votre vie sociale était moins remplie, vos journées au boulot étaient harassantes, votre patron vous tapait sur les nerfs et vous n’aviez pas d’occasions de vous défouler et de changer d’air…

Alors, vous avez changé d’avis, vous avez voulu mettre du fun dans votre vie, vous vous êtes dit « Allez, pourquoi pas, après tout, j’ai rien de mieux », ou vous avez voulu remplir votre cerveau d’une autre idée sur laquelle vous prendre la tête pour vous évader.

Donc, vous repensez à quelqu’un que vous seriez loin d’avoir en tête si vous vous éclatiez, vous cédez à la tentation de quelqu’un que vous n’auriez même pas regardé en temps normal, vous rappelez votre ex alors que vous l’aviez oubliée depuis longtemps.

Et vous vous demandez pourquoi vous en arrivez à des situations aussi pathétiques en vous disant qu’il y a un truc qui ne tourne pas rond chez vous.

Et bien non, il n’y a rien qui ne tourne pas rond chez vous. Vous vous ennuyez, c’est tout.

Et ce vide fait des petites blagounettes à votre cerveau en lui faisant croire que finalement vous voulez ci ou ça, que cette personne a de l’importance pour vous, alors que non.

De la même façon que votre ami vous a lourdement suggéré de changer d’air pour vous éviter de ressasser des souvenirs qui n’en valent plus la peine, la meilleure façon de savoir si votre situation fait partie de ces cas-là est de partir, sortir, vous divertir et plein d’autres verbes en –ir. Voyager, rencontrer d’autres personnes.

Et là, si c’est le cas, si c’était simplement le manque d’activités qui vous faisait dérailler, vous vous direz : « Mais pourquoi je voulais faire ça ? Ca me ressemble pas du tout ! » ou « Mais je m’en fous en fait d’elle/de lui ! ».

Et ben oui. Allez, souriez, et dites merci à vos copains le vide et l’ennui.

Bon, si ça ne marche pas, alors c’est qu’il s’agit d’autre chose, on en parlera à l’occasion à mon cabinet ;)

Bien cordialement,

Docteur Love.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>