optim-plaque-porte-wc-19_2

« Et avec lui, qu’est-ce que t’as ressenti quand t’es allée aux toilettes ? « . Je vois vos regards dubitatifs. Mais si pourtant, vous savez. Vous savez quand vous êtes en rencard. Il y a toujours un moment où vous allez aux toilettes, ce moment où vous vous retrouvez avec vous-même et le miroir.

Parfois, la rencontre se passe mal et vous préférez encore simuler une indigestion que de le supporter une minute de plus. Alors vous envoyez un  » putain je me fais trop chier  » à votre copine qui n’attend que votre débriefing en regardant La Belle et ses Princes. Là, vous vous regardez dans le miroir, paniquée, déprimée de vous rappeler tous les efforts que vous avez fait pour être au top de votre glamour tout en faisant tout pour que ça paraisse naturel. Alors que la dernière chose dont vous avez envie, c’est qu’il croie que vous avez mis le paquet pour lui. Car cette tête de désarroi que le miroir vous reflète révèle que non, certainement pas, il ne vous plaît pas. Parfois, sans même vraiment savoir pourquoi, il n’y a juste aucune connexion, aucun truc qui se passe.

Et là, tout un tas de questions vous traversent l’esprit :
Comment je vais faire pour partir sans passer pour une pimbêche ?
Comment je vais arriver à faire semblant que je ne m’ennuie pas et que je ne m’en fous pas de ce qu’il raconte ?
Comment mon amour secret pour le barman, qui revient subitement ce soir, va passer inaperçu ?
Comment je vais avoir la force de relancer la conversation s’il y a des blancs ?
Est-ce que je lui dis la vérité ? Comment ? Mais comment peut-on dire à quelqu’un qu’on préfère arrêter là, car on sait déjà que ça ne va pas marcher ?
Et pire que tout…., comment je fais s’il essaie de m’embrasser en partant, COMMENT JE FAIS ???!!!

Puis, il y aussi ces moments où quand vous arrivez aux toilettes, c’est ça : Vous souriez bêtement à la glace, vous vous recoiffez, vous vous dites merde, merde, merde, y a ce bouton que j’avais pas vu, viiiite du correcteur. Puis en fait non, car vous vous trouvez belle (et même bonne). Car c’est ce que vous avez ressenti quand il vous regardait. Vous avez envie de crier votre joie. Vous frétillez toute seule. Vous n’avez pas envie de réfléchir, ni d’envoyer un texto à votre meilleure amie, vous voulez juste revenir le plus vite possible vers lui car vous vous éclatez, c’est magique, ça coule tout seul, vous ne vous posez plus de questions. Ou peut-être si, une. « Est-ce vraiment en train de se passer ???? « , agrémentée de petits cris hystériques dans votre tête.

Le passage aux toilettes, c’est révélateur, infaillible. La théorie des toilettes, quoi.

NB : j’ai bien conscience que cet article présuppose que le mec n’a d’autres choix que de craquer pour la fille. Et ben c’est comme ça.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>